PARENTS, ACCOMPAGNEZ VOS ENFANTS DANS LEUR CHOIX DE (FUTUR) MÉTIER

Par défaut

De nombreux choix d’orientation sont en partie effectués par les jeunes en fonction de paramètres inconscients. Syndrome de l’imposteur, autocensure chez les filles ; sur-valorisation, contrôle chez les garçons sont les problématiques les plus fréquemment observées. Il y a parfois des interdits parentaux, familiaux, des représentations de genre fortement ancrées. Le métier d’un père, d’une mère, d’un frère, d’une sœur semble déterminant sur les modèles que l’on intègre. Il est pour cela intéressant, lors d’un processus de coaching, d’aller regarder comment ces jeunes adolescent.e.s se sont construit.e.s avec ces modèles, quelles sont leurs croyances à ce propos.

Chez les garçons (collégiens, lycéens) on retrouve très fréquemment l’angoisse d’être jugés s’ils choisissent un métier trop estampillé « féminin », la peur d’être découragés par leurs parents dans le choix d’exercer telle ou telle profession. Un ami – nous l’appellerons Gaspard – me disait, par exemple, qu’il y avait dans sa famille une interdiction tacite d’exercer le métier d’avocat (« On ne défend pas des criminels, des voleurs », disait son père).

À l’inverse, les appréhensions sont aussi tenaces chez les jeunes filles. Lors d’une intervention sur l’orientation dans une classe de collège, Manon, 15 ans, se désolait en ces termes : « J’adore bricoler, je suivrais volontiers une formation de soudeuse mais c’est un métier d’homme ». Sa camarade renchérissait : « J’aimerais devenir astronaute, mais mes parents me disent que je pourrai difficilement concilier ma vie professionnelle et ma vie familiale ». Une autre avouait : « Je n’ose pas dire à mes amis que j’aimerais exercer un métier dans le bâtiment car j’ai peur du regard des autres ».

Le coaching, en partant de toutes ces situations concrètes, va faire éclore ce qui empêche de se réaliser, certaines représentations qui entravent la bonne perception de la réalité. L’accompagnement s’articulera autour des nécessités de s’écouter, de s’accepter et d’oser !  

L’influence des parents dans les interdits ou autorisations intégrés par leurs enfants est très fort. Je vous recommande la lecture de cet article qui m’a remplie de joie.

À 15 ans Violette Dorange a fait sa première traversée de la Manche en solitaire ! Elle récidive à 18 ans aujourd’hui pour traverser l’Atlantique seule, sans aucun moyen de communication ! Dans un reportage elle explique que ses parents bien sûr sont stressés mais que toute sa famille l’a toujours aidée et encouragée à réaliser son rêve de devenir navigatrice professionnelle ! À méditer sur le rôle des parents qui est d’accompagner leurs enfants dans leurs rêves. Elle est la preuve qu’il est important d’avoir des gens qui croient en nous et en nos rêves et qu’il faut sans cesse persévérer et ne jamais abandonner.

Et vous, quel parent êtes-vous ? Plutôt parent de Gaspard, de Manon ou assurément celui de Violette ?

https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/charente-maritime/la-rochelle/qui-est-violette-dorange-plus-jeune-femme-participer-mini-transat-transatlantique-solitaire-1723831.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *